I AM NOT A WITCH

Par Claire Pomarès

 

 

Dans un village de Zambie, une femme accuse Shula de lui avoir jeté un sort après qu’elle soit tombée en allant cherchant de l’eau au puit. Considérée dès lors comme une sorcière, la fillette de 9 ans est envoyée dans un camp où vont toutes celles accusées de sorcellerie. Murée dans le mutisme, on ne perçoit des sentiments de Shula que les regards espiègles et les larmes, rares, qui se heurtent à l’absurdité de sa situation. Et des scènes absurdes il y en a de nombreuses dans la fable tragi-comique de Rungano Nyoni. A travers la représentation de ce camps de femmes attachées à des rubans (pour les empêcher de « s’en aller partout ») et exploitées pour le travail dans les champs, la réalisatrice de 35 ans déroule, tel un conte, l’histoire bien réelle en Zambie ou au Ghana de ces femmes asservies et isolées de la société de manière arbitraire.

 

Orpheline, veuve, ou simplement dérangeante, les « sorcières » sont écartées pour des raisons troubles mais toujours car elles sont vues comme un danger. “La respectabilité c’est ce que t’apporte le mariage” explique à Shula l’une d’entre elles. Elle a réussi à s’extraire de la vie au camp grâce à son mari fonctionnaire d’état, M.Banda. Justement responsable de la gestion des sorcières, ce dernier voit tout de suite le potentiel financier de la jolie petite sorcière, que l’on peut trainer sur les plateaux télé et à qui on demande de faire la pluie et le beau temps. “Nous avons cet a priori qu’une sorcière est une femme âgée et répugnante, mais… » débite ce dernier en présentant sa petite protégée providentielle.

 

Un ruban dans le dos ou un anneau au doigt, c’est l’alternative qu’on présente à Shula. Impassible, elle se laisse porter par les situations rocambolesques, mais on peut lire dans son regard sa lutte intérieure, et presque deviner sa future insubordination au système qui la maintient attachée. On devine également au travers de son histoire, le regard acéré de Nyoni sur la condition des femmes qui doivent se fondre dans un modèle aberrant aux contours flous, dessiné par – et pour – des hommes. « Je ne suis pas une sorcière », ou une allégorie féministe pleine d’audace et de grâce.